Joueur d'échecs

Joueur d'échecs

Ancien vice-champion de France jeune, je possède un classement international depuis plus de 20 ans (toujours supérieur à 2200). Je propose des cours personnels ou collectifs de tout niveau dans Paris et ses environs. Je ne donne jamais de cours stéréotypés. Ma méthode pédagogique est centrée sur l'élève. Je m’adapte à son niveau, son style et ses difficultés afin de le faire progresser. Je pars souvent de l’analyse de ses parties. Je lui pose beaucoup de questions et lui  suggère des pistes d'étude. J’essaye en outre de le sensibiliser à l’histoire du jeu, son évolution au fil des siècles.

Je propose aussi d’analyser vos parties par mail ou par courrier.

 

Exemple d'une partie analysée

Blanc : N.N.    Noirs : N.N.

1e4 c5 2 Cf3 a6 !?

Un coup rare, visant à contrôler tout de suite la case b5, si importante dans la sicilienne, au prix d’un temps de développement.

3 d4 ?!

Le piège ! Le bon coup est 3 c3, rentrant dans une variante Alapin (1 e4 c5 2 c3) où a6 n’a pas d’intérêt.

3…cxd4 4. Cxd4 Cc6 ?

Pas mauvais en soi, car revenant à une variante normale de la sicilienne. Mais les noirs auraient pu jouer 3…e5 ! avec beaucoup de force, la case b5 étant contrôlée. Par exemple : 4 Cb3 Cf6 5 Cc3 Fb4 6 Fd3 d5 et les blancs n’ont plus de centre.

5. Cc3 d6 6. Fe2 Cxd4 ?

Une erreur, car la dame blanche, étant inattaquable, va rayonner au centre. C’est un principe général, une dame est très puissante au centre si on ne peut pas la chasser.

7. Dxd4 e5 ?

Nouvelle erreur. La poussée e5 est toujours à double tranchant pour les noirs dans la sicilienne. D’un côté il permet de reprendre le centre. Mais de l’autre il laisse une énorme faiblesse en d5. Tout dépend donc de la capacité des noirs à contrôler la case d5 avec des pièces (un cavalier en b6, en f6, un fou en e6) et à trouver du contre-jeu par ailleurs. Ici, contrairement à il y a deux coups, les noirs n’ont rien de tout cela : les blancs vont pouvoir facilement occuper la case d5, sans contrepartie.

Deux exemples où e5 est très joué : 1 e4 c5 2 Cf3 Cc6 3 d4 cxd4 4 Cxd4 Cf6 5 Cc3 e5 et 1 e4 c5 2 Cf3 d6 3 d4 cxd4 4 Cxd4 Cf6 5 Cc3 a6 6 Fe2 e5.

8. Dd3

Le but stratégique des blancs est simple : échanger le Fc1 contre le cavalier en f6, échanger les deux fous de case blanche, et se retrouver ainsi avec un cavalier c3 qui sera inexpugnable en d5, contre un fou f8 impuissant.

8 … Cf6 ?

Trop coopératif ! Il fallait essayer par exemple Fe6 et Tc8 afin de brouiller les cartes. Ou peut-être mettre un cavalier en e7 pour tenter f5.

9. Fg5 h6 ?

Perd un temps vu que les blancs veulent échanger !

10. Bxf6 gxf6

Pas le choix, car si Dxf6 11 Cd5 Dd8 12 Dc3. Les blancs ont désormais un énorme avantage : case d5, pion doublé, pion isolé, grande avance de développement

11. Cd5

Difficile de critiquer un tel coup, mais n’oublions pas deux principes généraux : - la menace est plus forte que l’exécution (Nimzovitch)

 - Il faut éviter de jouer deux fois la même pièce dans l’ouverture avant d’avoir achevé son développement.

 Avec Cd5 trop tôt les noirs ont la possibilité de jouer Fe6 et Fxd5, qui peut dans certain cas soulager leur position, même si après ils restent toujours moins bien.

 Plus dévastateur me semble le simple roque suivi de f4, avec deux idées suivant  le jeu noir : - jouer f5 et assurer ainsi encore plus la case d5

                                                                                                                                                                                              - jouer fxe5 afin d’amener la tour en jeu sur le roi noir au centre.

 Par exemple : 11 O-O Tg8 12 f4 Fe7 13 De3 menaçant fxe5 et Dxh6

                              Ou 11 O-O Fe6 12 f4 Db6 + 13 Rh1 Tc8 14 fxe5 fxe5 16 Cd5 Fxd5 17 Dxd5 avec une forte pression sur f7

                              Ou 11 O-O Fe6 12 f4 Fe7 13 Dg3 Rf8 14 f5 Fd7 15 Fc4 Fc6 16 Fd5 et les noirs sont paralysés.

11 … Tg8 ?

Il fallait jouer Fe6

12. Tg1 ?

12 Dc3 ! déroquait les noirs. Sinon 12 O-O suivit de f4 était toujours possible, voir même 12 O-O-O sans craindre 12 … Txg2 13 Thg1 avec une tour blanche qui va rentrer en jeu sur le roi noir.

12 … Fe6 13. O-O-O

13 Ce3 lorgnant sur d5 ou f5 suivant les cas était possible.

13… Fg7 ? 

Les noirs pouvaient se libérer en jouant 13 … Fxd5 dans d’assez bonnes conditions : 14 Dxd5 Tc8 15 Fc4 Dc7 16 Fb3 Les blancs sont toujours mieux, mais c’est moins pire que cela aurait pu être.

14. h3 !

avec l’idée Fg4 échangeant les fous de case blanche. Le problème des noirs est qu’ils ne peuvent désormais rien jouer : 14…Fxd5 15 Dxd5 attaque les pions b7 et d6.

14..Da5 15. Rb1 ?

Il ne fallait pas hésiter à jouer 15 b4 ! Dd8 16 Fg4 et les noirs sont paralysés. Par exemple 15 … a5 16 Db5 + Rf8 17 Td3 axb4 18 Dxb4 Txa2 19 Cc3 Ta1 + 20 Rb2 Txg1 21 Txd6 De7 22 Td8 mat 

15…  Fxd5 16. Dxd5

16 exd5 gardant les dames était envisageable.

16… Dxd5 17. Txd5

Les noirs ont survécu jusqu’en finale. Ils sont toujours moins bien, du fait de leur mauvaise structure de pion et de leurs pièces mal placées Des chances de nullité existent cependant, notamment avec les fous de couleurs opposés. Le problème pour eux est la présence des tours. Dans les finales tours + fou de couleurs opposées, l’élément déterminant est souvent  l’activité des tours. Cela vaut même plus que les pions.  Les noirs doivent donc impérativement trouver des moyens de s’activer.

 17… Re7 18. Tgd1 Tgd8 19. Fg4 !

Contrôle la case c8 et donc la colonne c, ce qui est déterminant. 

19… b5

affaiblissant mais que faire ?

20. Tc1 

Pourquoi pas tout de suite 20 c4 ! bxc4 21 Tc1

20… Th8

essayant d’activer enfin le fou noir.

21 c4 h5 22. Ff5 Fh6 23. Tc2 bxc4

Si 23 … b4 24 c5, et les tours pénètrent avec un effet décisif.

24. Txc4 Ta7 25. Tc6 Tg8 26.g3 Td8

26 … h4 ! 27 g4 Tg8 permettait, au cas où, de créer un objectif en h3  

27. Ta5 ?!

Les blancs auraient dû prendre leur temps, en amenant d’abord le roi en c4, avant de passer ensuite à la cueillette du pion a6, qui ne vas pas s’envoler. Les noirs, contrairement à la partie, n’auraient alors pas eu de contre-jeu. 

27… Tb8 

Possible était Fd2 29 Txa6 (on peut revenir en arrière avec 29 Td5) Txa6 30 Txa6 Fe1 31 f3 d5 ! Et la tour noir va rentrer en jeu.

28. Tcxa6 Tc7 29. Ta7 Tbb7 30. Txb7 Txb7 31. b3 ?

Il fallait absolument jouer Ta8 afin de contrôler la colonne c.

31 … Fd2 ?

Les noirs pensent à regagner un pion plutôt qu’activer leur tour. Après 31… Tc7 ! suivi de Tc1 + et Tf1 l’action conjuguée de la tour et du fou noir empêche les blancs de profiter de leurs deux pions passés liés.

32.Ta8 Tc7 ?

Nouvelle erreur ! 32… Fe1 33 f3 Fxg3 Et la tour en b7 peut aider à stopper l’avancée des deux pions passés. Paradoxalement, c’est dans une finale avec juste les fous que ces deux pions sont le plus dangereux. 

33. Tc8 Txc8 34. Fxc8 Fe1 35. f3

Dans cette finale la question n’est pas de gagner ou perdre un pion, mais savoir si les blancs auront le temps de centraliser leur roi et de faire avancer leurs pions passés. Les deux camps doivent donc essayer d’aller très vite.

35… Fxg3

35 …d5 36 exd5 Rd6 37 Fb7 Rc5 38 a3 ! suivi de b4 + et le roi noir doit refluer.

36. a4 ?

Il fallait impérativement d’abord amener le roi au centre, avec 36 Rc2.  Puis ensuite avancer ses pions avec infiniment de précaution, afin d’éviter que le fou adverse puisse les bloquer à jamais.

36 … Fe1

Et voilà ! les pions sont bloqués. Ce type de blocage explique que de nombreuses finales avec fous de couleurs opposées sont nulles. Avec un fou de même couleur, le fou blanc pourrait s’interposer, et la position serait facilement gagnée.

 37. Rc2 Fa5 ?

Ne sert à rien alors que le temps presse. Après 37... d5 ! 38 exd5 Rd6 39 Fb7 f5 40 Rd3 f6 (40… Rc5 41 d6 est peut être dangereux, tout comme 40 … f4 41 Re4)  les blancs ne peuvent plus progresser. 41 Rc4 ne marche pas à cause de 41 … e4

38 Rd3 Rd8 39. Fb7 Rc7 40. Fd5 f5 (trop tardif) 41. Fxf7 fxe4+ 42. fxe4 h4 43. Fd5 Rb6 44.Rc4 Fe1 45. b4 Fd2 46. Fe6 Rc6 47. b5+ ??

Ruinant tout le travail. Il fallait continuer à manœuvrer. Par exemple 47 a5 Fe1 48 Rb3 Rb5 49 Fc4+ Rc6 50 Ra4 Fd2 51 Fd5 + Rc7 52 b5  suivi de b6 et Rb5, et les blancs gagnent. 

47… Rb6

Maintenant c’est complètement nul, car le fou et le roi noir bloquent pour toujours les deux pions blancs.

48. Rd5 Fb4 49. Fd7 Fc5 50. Fg4Fa3 51. Fd1 Fc5 52. Rc4 Ra5 53. Rd5 Rb6 54. Fc2 Fb4 55. Fb3 Fa3 56. a5+ ?

Bien sûr mauvais même si cela ne change rien.  

56…Rxb5 57. Re6 Rxa5 58. Fd5 Rb5 59. Rf5 Fb4 60. Rg4 Fe1 61. Rf5 Rc5 62. Re6 Fb4 63. Rf5 Rd4 64. Rg4 Re3 ?

Idem : mauvais mais sans conséquence. 

65. Rxh4 Rf4 66. Rh5 Fc5 67. h4 Ff2 68. Rg6 ? (Idem !) Fxh4 69. Rf7 Ff2 70. Re6 Fc5 1/2-1/2

 

 

06 80 74 51 23

serge.nemirovski@gmail.com

N° SIREN : 521367516